À propos

Depuis près de 50 ans, le Cégep de Baie-Comeau, institution collégiale à dimension humaine, offre une formation de qualité à la population étudiante en lui garantissant un accueil et un soutien personnalisé, le tout dans un environnement de nature et de plein air.

Chaque année, le cégep accueille une soixantaine d’étudiantes et d’étudiants autochtones, provenant en majorité de la communauté de Pessamit, située à proximité de la ville de Baie-Comeau. L’innu étant leur langue maternelle, la plupart de ces jeunes utilisent le français comme langue seconde, ce qui représente, pour certains, une difficulté supplémentaire au cours du cheminement postsecondaire.

Origine du projet

C’est à la suite d’une concertation avec le personnel enseignant et en demandant l’avis de trois femmes innues, spécialistes de leur langue, que le Cégep de Baie-Comeau a décidé de se pencher sur la complexité que représente le vocabulaire de la langue française pour la population autochtone. Il va sans dire que les mots représentant une abstraction font davantage entrave à la compréhension puisque l’équivalent n’existe souvent pas dans la langue innue.

Le Lexique spécialisé des études collégiales en français-innu est un outil qui tient compte des différents styles d’apprentissage. En effet, en plus d’obtenir la traduction des mots en langue innue, une illustration accompagne chacun d’eux pour en clarifier la signification. De plus, la définition trouvée par les enseignants offre à l’étudiante et à l’étudiant le contexte dans lequel le terme sera utilisé dans ses cours. Enfin, la prononciation en français et en innu permet de mieux intégrer ce mot de vocabulaire et d’en apprendre davantage sur ces deux langues. 

Notre équipe

Le lexique se veut évolutif. Pour l’instant, il regroupe 450 mots en lien avec les programmes suivants : Sciences humaines, Techniques d’éducation à l’enfance et Techniques d’éducation spécialisée. D’ici 2022, pas moins de 1 350 mots composeront l’outil de référence, et ce, incluant aussi les programmes suivants : Soins infirmiers, Techniques de comptabilité et gestion, Soins préhospitaliers d’urgence, Technologie du génie civil, Technologie de l’électronique industrielle et Techniques policières. 

C’est grâce à une équipe multidisciplinaire de haut niveau que la réalisation du lexique a été possible.

Julie Maltais

Responsable du projet

Julie Maltais détient un B. Éd. en français et en histoire au secondaire. Depuis trois ans, elle occupe le poste de conseillère pédagogique à l’amélioration de la langue française au cégep de Baie-Comeau. La valorisation et la maitrise du français se retrouvent au cœur de son travail. 

Elle a enseigné au Collège du Mont-Sainte-Anne pendant plus de 21 ans. Cet établissement scolaire accueille des garçons de niveau secondaire. Au cours de ces années, elle s’est intéressée à la pédagogie du français adaptée à cette population étudiante.

Dès son arrivée au cégep, elle a découvert la culture innue et cherché à la connaitre davantage en côtoyant les étudiantes et les étudiants innus et en multipliant les occasions de participer à des évènements sur les questions autochtones : comité autochtone du cégep, colloque sur la persévérance et la réussite scolaires chez les premiers peuples, etc.

Par le biais du lexique, elle souhaite rendre plus accessible la langue française à l’ensemble des étudiants, sans oublier, à ceux pour qui le français n’est pas la langue maternelle.

Hélène St-Onge

Traductrice

Hélène St-Onge travaille depuis maintenant quatorze ans pour la langue innue. Après des études en linguistique, elle a travaillé à l’Institut Tshakapesh pendant douze ans où elle a collaboré à différents projets, dont le dictionnaire innu-anglais-français, la grammaire innue, le lexique illustré des termes traditionnels Akua-nutin et différents outils numériques, dont le projet Histoires orales et Jeux en ligne. Elle fait également de la traduction et de la transcription, ce qui est sa grande passion.

Elle oeuvre présentement pour la langue et la culture au Conseil des Innus de Pessamit. Avec ses collègues en langue et en culture, elles forment une équipe pluridisciplinaire, dévouées à la transmission et à la sauvegarde de la langue et de la culture innue.

Adélina Bacon

Traductrice

Kuei,

La toute première expérience d’Adélina en enseignement de la langue innue a été dans sa communauté de Pessamit, en 1982, pour le projet de la classe-pilote. Par la suite, elle a enseigné la langue innue dans la communauté d’Essipit.

Pendant près de 14 ans, elle a été consultante en langue innue à l’Institut Tshakapesh, dans l’élaboration du Programme au primaire de l’enseignement de la langue innue dans les écoles.

Toutes ces expériences l’ont amené à poursuivre son travail de consultante en langue innue dans sa communauté et à faire un peu de traduction.

Dans l’espoir de préserver la langue innue, le secteur Éducation, Culture et Sports met tout en œuvre afin que les générations futures conservent cette belle langue, si riche, et qu’elles la parlent avec fierté. Adélina se dit très heureuse de faire partie de cette équipe. Elle n’hésite pas à rappeler qu’il faut agir pour sauvegarder leur langue et leur culture.

Louise Canapé

Traductrice

La carrière de Louise Canapé a commencé dans le milieu de l’enseignement au secteur primaire. Elle a enrichi son parcours professionnel en acceptant de participer au projet pilote de l’amérindianisation. Son implication dans ce projet l’a entrainée à faire de la conception de matériel pédagogique en langue innue en même temps qu’elle suivait, pour la première fois, une formation sur la structure de sa langue maternelle. À la suite de cette expérience, elle a suivi plusieurs cours pour parfaire ses connaissances de l’innu. Par la suite, elle a continué durant plusieurs années dans le développement pédagogique au sein de sa communauté.

Ses acquis sur la langue innue lui ont aussi permis de donner des formations en langue innue à des autochtones et à des allochtones ainsi qu’aux élèves de l’école secondaire à Uashkaikan. Ils l’ont également amenée à faire des traductions pour certains organismes.

Actuellement, elle est à la retraite de l’enseignement, ce qui lui offre la possibilité de transmettre son expérience et ses connaissances dans le développement pédagogique innu pour la sauvegarde et le maintien de leur si belle richesse culturelle, la langue innue. Ainsi, les générations futures pourront profiter de cet héritage inestimable.

Frédérick Fontaine

Illustrateur

Frédérick Fontaine, mieux connu de son pseudo Frefon, est un artiste illustrateur de la région de Montréal, œuvrant en dessin d’éditorial, BD et humour depuis plus de 25 ans. Actif principalement auprès des magazines québécois et l’édition scolaire, Frefon propose un travail ludique et fantaisiste pour les jeunes de 7 à 77 ans. Une co-production de peintures abstraites est présentement en cours, dans la perspective d’une exposition en 2022.

 Quelques mentions :

  • Gagnant du Grand Prix de l’Association Des Journalistes Indépendants du Québec de 2012. Meilleure caricature/dessin d’éditorial au Québec.
  •  Mention d’Excellence au 18e Concours International de Dessin pour la Liberté de Presse au Canada. 2018.
  • Finaliste au Concours International de Dessin Satyrique de Trento, en Italie. 2019.
  • Gagnant du 3e Prix pour le Concours International de Dessin Satyrique de Bocovine en Roumanie. 2019

Visitez son site Web : www.frefon.com

Remerciement spécial aux membres du personnel

Il importe aussi de mentionner la collaboration d’enseignantes et d’enseignants des programmes nommés précédemment pour l’identification des mots susceptibles de présenter une embuche et de rendre encore plus complexe la compréhension pour l’étudiante ou l’étudiant innu. Sans l’expertise de ces enseignantes et de ces enseignants, ce Lexique spécialisé des études collégiales en français-innu, ne saurait répondre aussi bien aux besoins de la population étudiante.

Un remerciement spécial à Patrick Castonguay, Mélanie Murray, Lysandre St-Pierre ainsi qu’à tous les enseignantes et enseignants qui ont collaborer à ce projet d’envergure.

Enfin, il convient de saluer le travail de M. Serge Roussel, technicien à l’audio-visuel, pour les nombreuses heures consacrées aux enregistrements audios de chaque mot.


Le Cégep de Baie-Comeau organise des activités rassembleuses.